À 6 ans, avant de savoir lire, Je préférais les livres aux jouets.

      Vers 10 ans, je raconte des histoires à mes deux jeunes frères et aux enfants notre immeuble  .

      À 12 ans, le soir, sous mes draps, j'écoute la radio en cachette. Chez nous, il n'y a pas de télévision.

 Mes mondes imaginaires et sonores profitent de nourritures intérieures très utiles au conteur que je suis devenu.

      À 15 ans, je plonge dans la vie des autres à travers leurs biographie. Mes amis sortent, moi je lis. Au lycée, la filière littéraire est choisie. Je raconte des histoires surtout aux petits voisins et à mes deux jeunes frères.

      À 17 ans, je suis  moniteur de colonie de vacances avec ce projet précis durant un mois : Raconter en épisodes un roman...chaque jour de ce séjour. Je constate l'impact du récit sur ces enfants qui, tout au long de chaque journée, me suppliaient de leur dévoiler la suite, sans pouvoir attendre le soir.

      À 18 ans, reprenant l'idée de l'année précédente, je m'inspire du principe et improvise pendant le mois de colonie, des aventures où les enfants de mon équipe sont les héros. C'est une réussite totale ! 

J'aime écouter des textes lus, j'adore les poésies. Je veux devenir comédien. L'échec au concours d'entrée de l'Ecole de Théâtre de la Rue Blanche, mettra fin à mes prétentions.

      de 19 à 24 ans, je suis animateur dans une école maternelle ( mon public quotidien à de 3 à 7 ans ). C'est ainsi que pendant 5 années, tous les jours, je lis, je raconte et je conte des centaines d'histoires, d'albums, et de contes sans bien savoir encore ce qu'est un conte . Faire cela me plait, m'est facile ; les enfants m'en redemandent alors simplement, naturellement, je continue.

        À 23 ans, je profite de la libération des ondes pour proposer une émission de radio locale pour enfants  " La Dent qui bouge ". J'achète le matériel, des disques, des livres de contes, et enregistre chez moi une trentaine d'émissions. Interviews, " news " contes lus, chansons, reportages... J'ai eu de nombreux fans et de bons retours.

C'était sur " Radio Massy Pal ".

      À 24 ans, une révélation ! Au cours d'une conférence en février 1982, j'apprend que le métier de conteur existe et qu' il est possible de l'apprendre et le pratiquer. Tout change et continue autrement après cet évènement.

                                                      Ce jour là,  je décide de devenir conteur.                                         

      de 24 à 30 ans, en parallèle à mon activité d'animateur, Je participe à plusieurs stages de formation avec des conteurs expérimentés. je vais souvent à Paris pour les écouter et  j'achète de nombreux livres. Passionné, curieux et avide, Je comprend vite et n'ai que peu d' efforts à fournir pour retenir tous les récits . Je raconte souvent , dans  diverses occasions et tous les jours aux enfants de l'école ou je travaille.     

      À 26 ans, mes supérieurs me demandent d'intervenir en qualité de formateur pour mes collègues animateurs. Ce début dans le domaine de la formation se passe très bien car je suis en terrain connu. D'autres demandes ne tardent pas à arriver et j'interviens aussi pour des bibliothécaires autour de Paris. L'expérience pratique ayant précédé à mon "apprentissage" , je me rend compte que j'ai déjà beaucoup à transmettre. Rien d'autres ne me plait plus que ce monde du conte.

      À 30 ans, un organisme professionnel me sollicite. Le CLIO ( Centre de Littérature Orale ) basé à Chartres me propose de travailler avec lui.  Je suis embauché pour dispenser des stages de formation, des séances de conte et mettre en place le centre de documentation. L'occasion m'est donnée de choisir un projet ; ce sera le "guide et répertoire des 1001 Nuits ". Je dispense aussi des formations à l'Age d'Or de France et bien d'autres structures.

      C'était le début d'une belle aventure qui se continue aujourd'hui encore, à 60 ans...